Toute l'actualité de koudougou

Commémoration du 1er mai à Koudougou Les travailleurs peignent un tableau tout sombre

 

 

Les centrales syndicales et les syndicats autonomes du Boulkiemdé, à travers l’Unité d’Action Syndicale (UAS) ont marqué la date anniversaire du 1er mai dédiée aux travailleurs par une marche-meeting hier mercredi. Mobilisation certes faible, mais qui n’a pas entaché la volonté des travailleurs à lutter pour l’amélioration de leurs conditions de vie et de travail.

Les marcheurs dans les rues de Koudougou

 

 

Parti du Théâtre populaire peu après 9h, les travailleurs dont les rangs ont été renforcés par les étudiants de l’Université de Koudouogu (UK), ont emprunté un circuit qui les a conduits au haut commissariat du Boulkiemdé où la déclaration et le cahier de doléance ont été remis au maître des lieux. Chants, slogans et invectives contre les dignitaires de la 4ème république ont agrémenté la marche. Terminus, le Théâtre populaire pour le meeting ponctué entre autres par les lectures du cahier de doléances et du message du 1er mai 2013. Du cahier de doléances, lu par Issa Zooungrana du SNEA-B, il est fait remarquer que ce 1er mai est célébré dans un contexte national marqué par : la remise en cause des libertés syndicales et de manifestation (sanctions des 16 étudiants de l’UK licenciement de l’agent de santé Kaboré Nonguébzanga), la cherté de la vie avec l’augmentation des prix de cinq produits de grande consommation, la poursuite de la lutte contre l’impunité et la lutte pour de meilleures conditions de vie et de travail. Les exigences des travailleurs du Boulkiemdé sont inscrites sur six axes : Les libertés démocratiques et syndicales, la santé et l’hygiène, l’éducation, l’action sociale et la solidarité, le domaine socio-économique, la sécurité et la paysannerie

.

Le haut commissaire du Boulkiemdé recevant le cahier doléances et le message des syndicats

 

’Institué en 1889 par l’Association Internationale des Travailleurs en souvenir du massacre en mai 1886 des ouvriers de Chicago par la police, la journée du 1er mai est une journée de souvenirs, de protestations et de lutte contre la vie chère et la confiscation des libertés démocratiques’’ ont rappelé les organisateurs dans leur message lu par Yacouba Ouédraogo, secrétaire général de la CGT-B. Peignant un tableau des plus sombres, les travailleurs ont indiqué que sur le plan politique, la situation de l’Afrique reste lamentable. Sur le plan économique, social et culturel, l’Afrique occupe une part très faible dans le commerce international. Adoption  de politiques liberticides, situation sociale marquée par la misère, la pauvreté et les inégalités, politique fiscale faite d’injustice et d’iniquité, sont des constats faits sur le plan national. Au niveau local, les organisateurs pointent du doigt des échecs dans l’organisation du 11 décembre 2012, la gestion nébuleuse des parcelles de la cité des forces vives, la situation préoccupante à l’université de Koudougou et l’insuffisance de plateau technique et de ressources humaines à l’hôpital de l’Amitié de Koudougou.



02/05/2013
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 20 autres membres