Toute l'actualité de koudougou

Corrections indemnitaires et rappels sur salaire Des professeurs de Koudougou crient leur ras-le-bol

 

Des professeurs en service au Centre-Ouest dénoncent la lenteur avec laquelle la direction régionale de l’enseignement secondaire (DRES-CO) traite les dossiers de leurs indemnités. Ces professeurs sont passés, le mercredi 21 août dernier, dans notre agence de Koudougou, nous expliquer les faits. Certains attendent depuis des mois la correction de leurs indemnités de suggestion, de logement, spécifiques ainsi que des rappels sur salaire.

 

 

Tous  les professeurs que nous avons reçus ont presque tous le même problème. Après leur service national pour le développement (SND) ils éprouvent des difficultés à régulariser leur situation. La faute, selon eux, à la direction régionale de l’enseignement secondaire et du Centre Ouest.  ’J’ai bouclé mon SND le 30 septembre 2012. Malgré le fait que j’ai déposé mes dossiers pour la correction de mes indemnités de logement, de suggestion  et spécifiques j’attends toujours cette régularisation’’ affirme Idrissa Koudougou professeur au CEG de Tô. Il situe le problème à trois niveaux. D’abord, la DRES-CO leur donne tardivement les décisions d’affectations. ‘’J’ai reçu la mienne 09 mois après ma prise de service. Pourtant il faut ce document pour établir les autres actes’’ précise t-il. Ensuite, les chefs d’établissement mettent du temps ou refusent parfois d’établir des certificats de prise de service et administratif. Enfin, la DRES-CO ne traite pas les dossiers dans un délai raisonnable. Issouf Zongo en service au lycée départemental de Cassou dans la province du Ziro a déposé le sien en Janvier dernier et attend toujours. ‘’Ma demande de correction d’indemnité a quitté la DRES-CO et se trouve maintenant à la Direction régionale du budget (DRB). Il semble que c’est en bonne voix. Quant à mon dossier pour le rappel sur salaire il est toujours à la DRES-CO’’ Soutient Issouf Zongo, ajoutant que les personnes en charge du traitement de leurs dossiers avancent des problèmes de disfonctionnement du logiciel mis à leur disposition ou de connexion au réseau. Les professeurs plaignants indiquent qu’ils avaient envisagé entre temps de tenir un sit-in sur la question mais les responsables syndicaux les avaient dissuadés en leur demandant de patienter. Les professeurs indexent un cumul de postes de certaines personnes à la DRES-CO, ce qui les empêche d’être efficaces. Maurice W. Nana qui a déposé le sien en février confie : ‘’A chaque fois que je me renseigne c’est toujours le même refrain : allez-y, on a commencé ça va aller’’. Séraphin Toé, professeur au lycée provincial de Sapouy, ajoute qu’ils sont trois à être dans la même situation. A la DRB il n’a aucune trace de son dossier.Prof 1.JPG

Ces professeurs attendent la régularisation de leur situation

 

Tout comme les autres, Razanwandé Ramdé au CEG de Zoula vit la même situation. Lui, avait déposé directement ses dossiers à Ouagadougou. Pour une erreur, il l’a reconstitué et avec la régionalisation il l’a déposé à Koudougou par la voix hiérarchique. Il confie que lorsqu’il est allé aux nouvelles à la DRES-CO la première fois, son interlocuteur lui a dit qu’une panne technique les empêche de traiter les dossiers. La seconde fois, on lui annonce la présence d’une équipe technique pour les travaux de réparation. La dernière fois, celui en charge du traitement était pris pour les concours directs. ‘’J’ai suspendu mon SND en février 2012 pour limite d’âge. C’est 08 mois après ma prise de service que j’ai eu ma décision d’affectation. J’ai déposé mon dossier pour correction d’un reliquat sur mon salaire et des différentes indemnités le 17 janvier 2013 dans mon lycée. Le dossier est arrivé à la DRES-CO le 22 janvier et ce n’est que le 02 juin qu’il a été visé. En juillet, le chef de personnel m’a demandé de refaire mon dossier avant le 05 août avec la promesse qu’il sera traité avec ceux du mois. Ce que j’ai fait. Je l’ai appelé pour le lui dire et il répondu qu’il est pris pour les concours directs de la fonction publique. La semaine dernière, on me dit qu’il est en congé’’, conte Jérémi Zongo du lycée de Cassou. Pinquewindé Ouédraogo du CEG de Doudou dans la province se demande pourquoi ceux qui traitent nos dossiers (Hamadé Kérégué, chef de service du personnel et l’intendant régional Rigobert Nana) leur exigent la date du 1er octobre comme date de prise de service alors que la rentrée administrative se fait avant.

 Insuffisance de personnel et complexité de logiciel

De toutes ces accusations quel son émane de la DRES-CO? Réponse avec le  chef de service du personnel, Hamadé Kérégué. ‘’La lenteur dans le traitement des dossiers est indépendante de notre volonté. Ici nous avons une insuffisance de personnel. Le traitement des dossiers se font entre le 20 du mois en cours jusqu’au 10 du mois suivant. C’est pour cette raison que je sacrifie actuellement mon congé pour être au bureau et pouvoir évacuer le maximum. Mais depuis ce matin (mercredi 21 août NDLR), j’ai un problème de réseau qui m’empêche de travailler. Nous ne maîtrisons pas tous les contours des traitements. Parfois, nous sommes obligés de faire appel à des agents du trésor pour nous aider. Que les gens comprennent que nous ne sommes pas de mauvaise fois et que nous ne dormons pas sur les dossiers’’. Hamadé Kérégué confirme qu’au début, il y avait des difficultés avec le logiciel.Prof 2.JPG

Hamadé Kérégué espère que tout sera réglé le plus vite possible

 

Il nous a remis la copie d’une lettre adressée au MESS dans laquelle la directrice régionale du MESS Minata Béatrice Tapsoba a énuméré les dites difficultés. Dans cette lettre, Minata Béatrice Tapsoba écrit : ‘’Au regard de la complexité des dossiers à traiter, de la maîtrise moyenne du logiciel et du nombre important de dossiers, un appui de la Direction des ressources humaines du MESS serait nécessaire. Dans le souci toujours d’un traitement rapide et efficace, je sollicite l’obtention d’un troisième code d’accès au SIGASPE pour augmenter le nombre d’agents à trois, surtout que les deux qui s’en occupent sont des chefs de service très sollicités’’. Pour sa part, Hamadé Kérégué souhaite que la direction régionale du MESS du Centre Ouest se dote d’une équipe spéciale pour ce travail.

En quittant notre agence, les professeurs, clamant leur détermination à remuer ciel et terre pour avoir satisfaction, ont prévenu que pour une rentrée apaisée, les professeurs veulent que leurs dossiers soient traités d’ici là. Ils ont en outre estimé qu’avec la décentralisation et la déconcentration de l’administration, la régularisation de ces situations devrait être plus rapide.

 

 

 

Cyrille Zoma et Sabouna Ouédraogo



23/08/2013
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 20 autres membres