Toute l'actualité de koudougou

Marche-meeting contre la vie chère Koudougou a marché dans le calme Le samedi 20 juillet, les koudougoulais, pour dénoncer la cherté de la vie, sont sortis nombreux pour répondre à l’appel de la coalition provinciale de lutte contre la vie chère, la corr

Le samedi 20 juillet, les koudougoulais, pour dénoncer la cherté de la vie, sont sortis nombreux pour répondre à l’appel de la coalition provinciale de lutte contre la vie chère, la corruption, la fraude, l’impunité et pour les libertés (CCVC). Marche et meeting ont ponctué cette manifestation marquée par une déclaration au haut commissaire du Boulkiemdé.P1010577.JPG

 les manifestants dans les rues de Koudougou

 

Quelques heures avant l’heure indiquée (9h) pour la marche, certains se demandaient si la mobilisation allait donner. Surtout que nous sommes en période de vacances. Mais quelques minutes avant le départ de la marche, les populations à pas de course ont vite pris d’assaut l’espace du Théâtre populaire. Les manifestants, composés en majorité de jeunes et de fonctionnaires, pancartes et ustensiles de cuisine en mains, ont arpenté les principales artères de la ville, scandant des slogans hostiles au régime en place. Ils ont fait une halte au haut commissariat pour remettre une déclaration au premier responsable de la province qui a promis de la transmettre à qui de droit dans les brefs délais. Retour au Théâtre populaire pour un meeting. Dans leur déclaration, la CCVC a estimé que depuis 2008, les conditions de vie des masses populaires burkinabè connaissent une dégradation continue et poussée, jetant ainsi des milliers d’enfants à la rue, privant des familles entières du minimum vital.P1010604.JPG

les mécontents attendant leur leader devant le haut commissariat

 

’De façon rituel, le gouvernement procède à l’augmentation des prix, des produits de première nécessité tels que le gaz, le lait, le riz, le sucre, le pain, l’huile, etc. Aujourd’hui le coût de la vie est devenu de plus en plus insupportable pour les populations. Les mesures prises ça er là par le gouvernement, sous la pression populaire, se sont révélées toutes inefficaces’’ précise la CCVC. Les mécontents dénoncent également la lutte ‘’acharnée’’ du pouvoir à créer un Sénat alors qu’il refuse les candidatures indépendantes aux législatives et municipales à travers un code électoral qu’ils jugent anticonstitutionnel. ‘’Face à une situation de précarité des masses populaires, les dignitaires de la 4e république continuent de narguer notre peuple par leur train de vie insultant. Voitures luxueuses ici, maitresses par là. Véritables bandits à col blanc, ils détournent et dilapident l’argent du contribuable en toute impunité, avec en sus, des promotions pour avoir bien volé’’, constatent-ils.

P1010636.JPG

Remise de la déclaration au haut commissaire

Les étudiants ont pesté contre certaines propositions de l’État lors des états généraux des enseignements supérieurs. Au nombre de leurs griefs, le ticket de restaurant qui passe de 100 à 2 50F, le lit en cité de 1 000 à 10 000F par mois, les œuvres sociales à 100 000F par étudiant et la scolarité de 15 000 à 50 000F. Selon les étudiants, avec la bourse de 35 000F/mois proposée, l’étudiant aura 350 mille pour faire face à des dépenses qui se chiffrent à 405 000F l’an.



23/07/2013
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 20 autres membres