Toute l'actualité de koudougou

Marche-meeting contre le Sénat Les opposants ont failli se rentrer dedans

Alors que les élections sénatoriales se passaient tranquillement à la mairie, les opposants à la mise en place de cette institution n’ont pas pu accorder leurs violons sur la conduite à tenir et ont même failli en venir aux mains. Raison : certains voulaient d’une marche suivi de meeting, alors que d’autres voulaient s’en tenir au seul meeting.P1010912.JPG

 

Les marcheurs en pause 

 

Après des échanges virulents de mots et d’injures entre eux, les ‘’opposants’’ au sénat se sont scindés en deux groupes. Les militants de la coordination de l’opposition du Boulkiemdé, opposés à la marche reste sur place et se dispersent quleque temps après dans le calme. Les jeunes, regroupés autour du Mouvement Jeunesse Unie pour le Faso, arpentent les artères de la ville, hurlant leur colère, lançant des injures et promettant de s’opposer par tous les moyens à la mise en place de cette 2ème chambre. Les rangs étaient clairsemés, mais les marcheurs (pas plus de 60) n’en avaient cure. Leur arme, la détermination. ‘’Nous nous sommes retrouvés pour une assemblée générale (AG) et non pour marcher. C’est vrai que les votes ont lieu, mais nous réaffirmons notre refus du sénat que nous jugeons inopportun et budgétivore’’, indique Augustin Kabré de la coordination de l’opposition du Boulkiemdé.Sénat 1.JPG

 

Une des banderoles des mécontents

 

Du côté des marcheurs, Abdou Ouédraogo, porte-parole du mouvement jeunesse unie pour le Faso, minimise le fait que les 1ers responsables locaux de l’opposition refusent de marcher. Pour lui, devant l’entêtement de ceux qui sont au pouvoir, leur désir de marche s’inscrit est conforme avec la constitution qui consacre le droit à la grève et à la désobéissance civile. ‘’Blaise et ses disciples veulent créer ce sénat en faisant fi du peuple qui a faim, qui n’arrive pas à se soigner, à s’éduquer ni à trouver du boulot’’, estime Abdou Ouédraogo. Très déterminé, il lance que ‘’nous disons non au sénat. Quel que soit le prix à payer, nous allons perturber le sommeil de Blaise Compaoré jusqu’à ce qu’il annule le sénat’’

 

 

 

 



29/07/2013
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 20 autres membres