Toute l'actualité de koudougou

Mesures sociales du gouvernement Une délégation gouvernementale aux nouvelles à Koudougou

Les ministres des affaires étrangères et de la coopération régionale et de l’action sociale et de la solidarité nationale, Djibril Ipénè Bassolé et Alain Zoubga étaient avec Koudougou  dans la soirée du mardi 8 avril pour rencontrer les forces vives de la province du Boulkiemdé. Objectif, échanger avec les populations sur les mesures sociales prises récemment au bénéfice des populations.mesure 2.JPG

  le présidium qui a dirigé la rencontre 

 

C’est une salle des fêtes de la mairie de Koudougou comble qui a accueilli cette rencontre. Malgré le retard accusé par les autorités en fonction de l’heure indiquée dans les invitations, malgré une salle mal éclairée malgré le délestage, les populations ont tenu à écouter les message de la délégation ministérielle. Le premier adjoint au maire, Gaston Gangambéga  a salué l’effort du gouvernement. Selon lui, les résultats d’une évaluation dégagent une satisfaction générale des les populations qui ont bénéficié de ces mesures. Dans sa déclaration liminaire, le chef de la délégation gouvernementale Djibril Ipénè Bassolé est revenu sur l’ensemble des mesures sociales prises par le gouvernement pour améliorer les conditions de vie des populations dont le coût est de 110 milliards de nos francs et financé par le budget de l’Etat. Alain Zoubga affirme que ces mesures sociales ne sont d’autre que la redistribution de la croissance économique aux populations. Certains participants à cette rencontre ont salué cet effort du gouvernement avant d’émettre des inquiétudes quand à la durée dans le temps et dans l’espace de certaines mesures telles le programme de Haute intensité de mains d’œuvre (HIMO) et le fonctionnement de certains fonds pour aider les femmes à s’auto-employer. D’autres n’ont pas hésité à poser des problèmes auxquels ils attendent des solutions de la part du gouvernement. Au nombre de ces préoccupations, l’insuffisance de retenue d’eau (barrage, forage) pour améliorer les activités de contre saison et les productions maraichères, l’électrification rurale, le délestage, la prise en charge sanitaire des personnes âgées,la question de l’emploi des jeunes, le besoin de fond et de personnel pour les communes rurales, le bitumage des routes, le problème des ex travailleurs de Faso Fani, la dissonance salariale entre fonctionnaire et contractuel et bien d’autres sujets ont été évoqués.mesure 1.JPG

les fils et filles du Boulkiemdé étaient là pour écouter les et exprimer leurs préoccupations

Les plus audacieux ont demandé aux autorités pourquoi ‘’vous attendez que ça chauffe avant de prendre ces mesures’’ ? ‘’ On ne sort pas l’argent quand ça chauffe, mais on sort l’argent quand il y ‘en a. Pour ceux pensent qui ces mesures gouvernementales ont une visée politique c’est bien normal car la politique que le chef de l’état mène c’est pour le bien être des populations’’ a rétorqué Bassolé.  Aux doléances des populations, la délégation ministérielle a fait savoir que chaque ministère sera saisi en vue d’apporter des solutions mais précise qu’il sera démagogique de dire que toutes les préoccupations auront des réponses favorables. Toutes fois les ministres affirment qu’elles seront prises en compte.



13/04/2014
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 20 autres membres