Toute l'actualité de koudougou

Situation à l’Université de Koudougou L’ANEB sonne l’alerte

 

 L’Association Nationale des étudiants Burkinabè (ANEB)  section de Koudougou a animé une conférence de presse le jeudi 17 janvier 2013 à Koudougou. Objectif, attirer l’attentions des autorités et des populations sur la dégradation persistante des conditions de vie et d’études à l’université de Koudougou en ce début d’année 2013

 

Dans leur déclaration l’ANEB a rappelé que les retards font toujours légion à l’UK malgré l’engagement de la présidence de l’UK à les rattraper. Un engagement qui avait contribué à plonger l’UK dans une crise et qui s’est soldée par une lourde sanction infligée à 16 étudiants et des zéros collectifs. ‘’LM II a fait sa rentrée le 07 janvier dernier après trois mois de repos forcé. Des promotions telles LMI, histoire I et II attendent toujours leurs résultats pendant que histoire III et géographie III n’ont pas encore bouclé l’année 2011-2012. La nouvelle trouvaille des autorités de l’UK est la programmation de nouvelles promotions avant que les anciennes ne finissent leur année. On se retrouve ainsi avec deux promotions en LM I, histoire I et géo I’’ martèle Souaré Zié secrétaire général de l’ANB. Les conférenciers estiment que le système LMD chère au Pr Gérard Segda, le président de l’UK, est plus que suicidaire. On passe actuellement du stade de chevauchement des semestres à celui des années. Des promotions qui viennent d’effectuer leur rentée commencent avec les cours du semestre 2. Des troncs communs s’effectuent entre des promotions de première année de l’an passé et de cette année. Souaré Zié affirme que dans ce chaos total beaucoup d’étudiants ne peuvent pas dire avec exactitude leur promotion.

Le SG de l'ANEB en blanc pendant la conférence de presse

 

Les étudiants dénoncent la situation dans lesquelles ils prennent cours. Pour avoir une place assise certains d’entre eux, malgré le froid, sont obligés de s’y rendre à 04h du matin et pour un simple problème de micro des cours sont suspendus. A cela, s’ajoute le problème de centaines d’étudiants qui attendent toujours d’être orientés. Au plan social, la situation n’est guère reluisante. ‘’C’est la clochardisation des étudiants. 7 000 plats sont servis en tout par jour (matin et soir) pour plus de onze mille étudiants. Des étudiants sont obligés de faire le choix entre les cours et le restaurant universitaire. Pour les allocations, pas de FONER, ni de bourse’’ s’indignent les conférenciers. ‘’On nous accusait de vouloir boycotter les élections et le 11 décembre. Allant jusqu'à nous traiter d’étrangers quand nous réclamions de meilleures conditions de vie et de travail. Aujourd’hui les problèmes demeurent et mettant en péril l’avenir des étudiants’’ dénoncent les conférenciers, exigeant toujours l’annulation des sanctions infligées à leurs camarades.



22/01/2013
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 20 autres membres