Toute l'actualité de koudougou

Crise à l’UFR/LSH de l’Université de Koudougou La présidence livre sa version

La présidence de l’université de Koudougou (UK) a donné une conférence de presse le mardi 14 août 2012. Il était question pour l’administration de donner sa version des choses sur les perturbations des activités académiques et pédagogiques  au sein de l’université. La conférence de presse a été animée par le président et le directeur de l’USFR/LSH, Bila Gérard Segda et François Sawadogo. A leurs côtés le SG du centre-ouest, Laurent Lamine Traoré.

  le présidum de la conférence de presse

 

Depuis quelques semaines, les étudiants de l’Unité de Formation et de Recherche, Lettres et Sciences Humaines (UFR/LSH) observent un arrêt de cours pour protester contre certaines décisions prises par l’université. Les étudiants exigent l’arrêt des tentatives de chevauchement des semestres, la délibération de la première session, la programmation de la seconde dans un délai raisonnable, la révision du calendrier universitaire anarchique et l’arrêt des programmations anarchiques des vacances d’au moins un mois. Ils réclament également la suppression de mesures jugées anti-étudiants consacrées par le conseil de formation et de la vie universitaire (CFVU) dans un décret pris le 12 juillet 2012. Pour s’expliquer sur ces sujets, la présidence de l’UK a choisi aussi la voix des médias. Dans sa déclaration linéaire, Bila Gérard Segda, président de l’UK, a confessé que c’est sur instruction de leur ministre de tutelle, dans le souci de résorber le retard afin d’éviter des chevauchements des promotions dans la même année, que certaines décisions ont été prises. C’est dans cette optique que des enseignements et des évaluations sont programmés dans la période d’août à septembre. Et ce sont ces décisions que la corporation ANEB réfute estimant qu’elles leur sont incompatibles. Gérard Segda a tenu à préciser qu’une rencontre avec les étudiants le 19 juillet 2012 avait permis la révision du calendrier ; malgré le fait que ces aspects soient une prérogative strictement réservée à l’équipe pédagogique de l’université. Mais après, la corporation ANEB aurait exigé la suspension des cours pour attendre les délibérations du semestre 1 (S1).

Gérard Segda président de l'université de Koudougou

 

‘’Ils ont empêché des enseignants et des étudiants d’accéder aux salles. Au grand dam de ces enseignants qui sacrifient pour cela leurs vacances. Or les textes prévoient que dès que les enseignements et les évaluations du S1 sont finis, sans attendre les délibérations, les cours du S2 débutent, car tous les étudiants, quelque soit leurs résultats au S1, doivent suivre ces enseignements‘’ a affirmé le président de l’université.

François Sawadogo ditecteur de l'UFR/LSH

 

 

Quant aux congés, Gérard Segda soutient que chaque filière aura deux semaines à un mois de repos. Il a interpelé l’ANEB afin que cessent les intimidations, les agressions et les menaces diverses. La direction de l’UK appelle les étudiants à revenir à de meilleurs sentiments et à reprendre les cours prévus.



17/08/2012
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 21 autres membres