Toute l'actualit de koudougou

Ex-travailleurs de lex-Faso Fani et Me Sankara

Ce n’est pas encore fini !

Les ex-travailleurs de l’ex-société Faso Fani se sont rencontrés le samedi 04 août 2012 sur initiative de leurs camarades ex-délégués. Il était question d’informer les uns et les autres sur le dossier des 67 millions qu’ils réclament à leur ex avocat Me Sankara. D’autres revendications étaient également au menu des échanges.

 les ex délégués de l'ex faso fani

 

Devant une centaine d’anciens travailleurs et leurs ayant droits, les délégués ont fait le point sur les dossiers en cours. Dans leurs explications, les répondants de l’ex-société ont expliqué comment Me Sankara a ponctionné 67 millions sur leurs droits. ‘’Me Sankara a soustrait cette somme des honoraires litigieux  des 376 ex- travailleurs alors qu’il en avait pas le droit’’ a précisé l’un des délégués. Dans un écrit en date du 20 juillet 2012 et adressé au Bâtonnier de l’ordre des avocats, la ministre de la justice, garde de sceaux souhaitait avoir plus de précisions de la base sur laquelle Me Sankara a pu retirer de la CARPA les 67 millions. Elle ajoute que l’État avait signifié à l’avocat en juin 2007 qu’il s’engageait à supporter uniquement les honoraire dus au titre de l’exécution de la sentence arbitrale du 11 juillet 2003 et cela exclut ces honoraires litigieux. A ce montant, s’ajoute, selon les délégués, un million trois milles (1 300 000F) représentant le reliquat de 32 millions que Bénéwindé Sankara aurait retenu et qu’il n’aurait pas encore fini de rembourser.

A l’État, les ex-employés demandent 24 mois de salaire en temps qu’actionnaire majoritaire de la dite société. Ils justifient cette doléance par le fait que l’État a fait de même pour les anciens travailleurs de la SOREMIB et de la CEMOB, sociétés où l’État avait aussi la majoritaire des actions. Les ex travailleurs demandent également le remboursement des rabattements des salaires opérés à l’époque pour sauver l’usine. De plus, ils réclament le payement du fonds social (mutuelle des ex-employés) estimant qu’ils sont devenus vulnérables et ont besoin de continuer leurs activités. Pour eux, Me Sankara doit leur verser des dommages et intérêts pour le préjudice causé. Signalons que ces ex-travailleurs de Faso Fani ont constitué un autre avocat pour suivre leurs dossiers. Car Me Sankara aurait clôturé le dossier Faso Fani avant terme, selon eux.

 



17/08/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 21 autres membres