Toute l'actualité de koudougou

Exclusion à l’université de Koudougou Élèves et étudiants encore dans les rues

 Les étudiants et les élèves de Koudougou ont respecté le mot d’ordre de grève lancé par l’union général des étudiants du Burkina (UGEB). Hier jeudi 11 octobre, ils se sont retrouvés à l’université pour un meeting d’explication à l’issue de laquelle, une grève de 48h à été décrétée à partir du vendredi 11 octobre 2012. Ce en attendant l’AG du lundi prochain

 

.  Il est 7h 40mn lorsque nous arrivons au sein de l’université. Des attroupements ici et là laissaient entrevoir que quelque chose se tramait. Devant les salles de l’ENS, des stagiaires, sacs en mains, se demandaient s’ils feront cours. Un peu plus loin des étudiants amassés devant une salle où une évaluation était au programme. En face de la salle des travaux dirigés, un groupe d’étudiants attend le début du meeting. Les autres acteurs n’étaient autres que les forces de sécurité qui faisaient des patrouilles d’intimidation. Vers 8h 30 un coup de fil nous informe que les élèves des lycées et collèges ont déserté les classes pour soutenir leurs aînés. Notre interlocuteur ajoute que certains élèves sont en route pour le campus. Pendant ce temps, les animateurs du meeting commencent à donner de la voix. Ils rappellent leurs revendications déposées sur la table de la présidence. On lance ça et là des slogans hostiles au président de l’université, Bila Gérard Segda, pour qui la paix sociale importerait peu. Vers 9h20mn les premiers élèves arrivent sur les lieux à vélo ou à pied.

Quelques instants après, la foule est devenue compacte. Et les responsables de la coordination des élèves et étudiants section Boulkiemdé prennent la parole. Ils dénoncent les conditions dans lesquelles les 14 étudiants ont été radiés de l’université de Koudougou et des établissements supérieurs et universités du pays. Selon eux mêmes les propres textes du conseil de disciple ont été violés pour aboutir à cette ‘’ignoble’’ décision. Soiré Zié précise qu’un des étudiants blessés lors de l’affrontement conduit à l’hôpital avait par devers lui un couteau que le médecin a remis un autre étudiant. Intertitre : ‘’Le président de l’UK veut saboter le 11 décembre’’ ‘’Pendant le conseil, ce dernier a témoigné pour expliquer comment le professeur Mahamadou Oubda manipulait des étudiants pour briser le mouvement de l’ANEB. Balayant ces propos et cette preuve du couteau, Bila Gérard Segda dit que même au village on se promène avec des couteaux’’ a –t-il ajouté. La coordination raconte que des sessions sont actuellement boycottées à l’université par des professeurs à cause des impayés. Ces choses, confesse-elle, rejoignent notre plate forme revendicative. Soiré Zié poursuit : ‘’on a l’impression que la crise de 2011 n’a pas servi de leçons à certaines personnes. La coordination a appelé les élèves et les étudiants à rester mobiliser pour faire aboutir la lutte car l’étudiant est l’élève d’hier et l’élève l’étudiant de demain’’. Selon Hamed Walbéogo, président de l’association des scolaires du Koudougou (ASK), les élèves partagent la plate forme revendicative car tout ce qui est lié à l’université les intéresse. ‘’Nous ne comprenons pas que sur les 08 sanctions prévues, Bila Gérard Segda opte pour l’exclusion. C’est un père de famille qui n’a pas de sentiment. Nous avions adressé des correspondances aux autorités de la région, de la province et de la commune pour attirer leur attention sur la situation avant la prise de cette décision. Nous leur avons dit que si des camarades venaient à être exclus les élèves allaient réagir. S’ils n’ont pas tiré les conséquences de 2011, 2012 risque d’être pire’’. Selon Hamed Walbeogo le président de l’université raconte aux parents que nous voulons saboter le 11 décembre. ‘’Au contraire c’est lui qui veut boycotter ces festivités. Il savait bien qu’en prenant cette décision, les élèves et les étudiants allaient s’opposer et la situation pouvait dégénérer à tout moment. C’est à lui que les fils et les filles de la région doivent s’en prendre. Il vaut saboter le 11 décembre et pour ça, il est l’ennemi de Koudougou et du Centre-Ouest. Se disant prochain député de sa région, Bila Gérard Segda se soucie peu de la notre’’, fait remarquer Walbéogo. Intertitre : Eviter un remake de 2011 Séance tenante une grève de 48h a été décrétée à compter du vendredi 12 octobre en attendant une assemblée générale le lundi prochain qui va, selon les milieux estudiantins, durcir le mouvement. Une marche, réclamée par de nombreux élèves et étudiants au cours du meeting, n’est pas à exclure dans les prochains jours. ‘’Il y a lieu que les autorités prennent la pleine mesure du danger que représente cette crise au sein de l’université de Koudougou. N’oublions pas que l’an passé, la crise qui a embrasé tout le pays est partie d’une manif des scolaires et des étudiants’’, a fait remarque un enseignant du secondaire. Il faut dire que le président de l’UK, Bila Gérard Segda, soutient que la délibération excluant les 14 étudiants est sans recours et qu’il n’est pas question de revenir dessus. Nombreux sont ceux qui estiment que cette mesure est excessive et inopportune, surtout à l’orée des grands rendez-vous d’envergure nationale que Koudougou va abriter. C’est en tout cas ce que pensent des koudouguoulais qui nous ont accosté et ont voulu, séance tenante, que nous faisions un micro-trottoir. Unanimement, ils se disent opposés à ce qu’on applique de telles sanctions. Le sujet commence à déchainer les passions et à être le sujet principal des conversations à Koudougou. Gageons qu’on ne revive plus un remake de 2011. Koudougou n’a en pas vraiment besoin.



12/10/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 20 autres membres