Toute l'actualité de koudougou

Voyage des "aigris" bobo-kdg

Voyage des « aigris » sur l’axe Koudougou-Bobo


Un  chauffeur poursuit un « chauffard »  avec une machette


C’est le voyage qu’a effectué un groupe d’étudiant entre Bobo et Koudougou le jeudi 29 septembre 2011. Ces étudiants contraints de revenir à Koudougou ont empreinté  le car à 9heures pour rallier la capitale du Boulkiemdé. A peine une cinquantaine de kilomètres avalés le véhicule tomba en panne. Une panne qui  obligea  la société de transport en question à faire appel un autre véhicule plus petit de 18 places appelé « Dina » pour convoyer ses passagers. Après cet arrêt obligatoire de 45 mn nos étudiants mécontents  sont à nouveau sur la route. Dans le souci de rentrer à temps (vers 14heures) leur nouveau chauffeur mis le pied sur l’accélérateur dépassant ainsi les autres engins qui roulaient à pas de tortue à ses yeux. Vont-ils arrivés au moment voulu ?

Même quand on est pressé il faut respecter les codes de la route.  Ce « chauffard » va l’apprendre à ses dépends ; pas à cause d’un accident, pas non plus à cause des forces de l’ordre, mais à cause d’un autre chauffeur de camion remorque. En effet, le  « chauffard », après avoir dépassé le long véhicule, a rabattu la « dina » immédiatement devant  celui-ci sans respecter la distance de sécurité. Il n’en fallait pas plus pour déclencher le courroux du « gros bras » du Yatenga au volant de la dix tonnes. Il poursuivi le muni car puis le dépasse et  l’oblige à s’immobiliser. C’est en ce moment que les étudiants et peut-être leur chauffeur ont compris que quelque chose ne tournait pas rond.

 

Ils ont vite compris, quand ils ont aperçu le conducteur du camion remorque et son apprenti tout deux armés de machettes(le gros bras une et l’apprenti deux) se diriger vers eux. Ayant vite compris, leur chauffeur descend et pris ses jambes à son cou. Il a fallu plus d’une heure aux étudiants  pour demander pardon au gros bras et à son associé. Après ce, les bobolais retrouvèrent leur type pour la suite du voyage. Arrivé à l’arrêt de Boromo il disparu à nouveau dans la ville dès qu’il vu le gros bras. Encore 45mn perdues! A Sabou, un passager voulu négocier pour rentrer à Koudougou malgré le manque de place. C’est là que le « chauffard » a compris la colère de ses passagers.

 

Tous se sont opposés. Mêmes les interventions de plusieurs personnes n’ont  pas changé la donne. « Nous sommes des aigris, nous sommes des étudiants qui rentrons à Koudougou parce nous sommes tous  en cession et toi chauffeur là, t’a contribué à chauffer encore nos cœurs donc personne d’autre ne montera encore dans ce sale véhicule», a lancé un occupant de la « dina ».

 

 Quittés à 9h à Bobo les « aigris » sont rentés à Koudougou après 19h. Au lieu de 5h de route c’est  plus de 10h qu’ils ont mis en route. En fin de compte, les bobolais  dont les vacances sont écourtées n’étaient plus pressés de rejoindre leur ville d’accueil. 

Sabouna ouédraogo à koudougou tel 70245722 



04/10/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 21 autres membres